À l’été 2007, j’ai entrepris toute une expédition dans l’une des capitales mondiales de l’aventure, le Costa Rica. Nous avions attendu et planifié ce voyage pendant des mois, et à la fin du mois d’août (saison des pluies au Costa Rica), moi-même et 4 autres aventuriers avons fait nos valises un vendredi après le travail et nous nous sommes dirigés vers le sud pendant trois heures à Detroit. aéroport.

Après des heures de route, un vol de correspondance à Fort Lauderdale, en Floride, et un vol au milieu d’un ouragan, nous avons atterri à San Jose en fin d’après-midi. Notre premier ordre du jour était de nous rendre au lieu de location de voitures où nous avons loué un bon SUV pour nous durer tout au long du voyage (nous ne savions pas que ce ne serait pas le cas). Nous avons pris une bouchée rapide, nous avons été trempés par les pluies torrentielles, puis nous avons commencé notre route.

Notre première destination était Cerro Chirripo. Cependant, en y repensant, le trajet était tout autant une montée d’adrénaline que la montée à venir. Conduire en fin de soirée sur les routes de montagne sinueuses et dangereuses nous a donné de superbes vues sur la vallée en contrebas. Nous traversions une montagne appelée “Cerro de la Muerte”, qui en espagnol signifie “La Montagne de la Mort”. Bientôt, notre route s’est terminée dans une petite ville appelée San Isidro. Mais ce n’était pas notre destination. Nous devions nous rendre à un endroit appelé “San Gerardo de Rivas”. Nous nous sommes arrêtés pour demander notre chemin et le premier homme à qui nous avons parlé ne semblait pas intéressé à nous aider. Probablement parce qu’il avait un canard vivant qui faisait coin-coin dans un sac qu’il avait jeté sur son épaule. Je parie qu’il était pressé de rentrer à la maison et de préparer le dîner. Finalement, nous avons trouvé deux femmes qui se sont moquées de nous mais qui ont fini par nous aider (grâce au peu d’espagnol que nous connaissons, nous avons réussi à comprendre les indications qu’elles nous ont données). La route de gravier à voie unique nous a finalement conduits à notre auberge.

Nous nous sommes réveillés à 5 heures du matin pour voir le pays étranger dans lequel nous venions de passer la nuit. Nous étions logés dans une glorieuse auberge construite à même les rochers, appartenant à un Américain de Caroline du Nord qui a déménagé dans la brousse juste pour escalader Cerro Chirripo comme souvent comme il le voulait. Nous avions tout l’endroit pour nous seuls, la cuisine et tout. Nous avons laissé certains de nos bagages dans son auberge et notre voiture dans son parking et avons commencé notre randonnée.

Nous avons commencé à la base du parc, et au moment où nous sommes arrivés au premier kilomètre, nous réalisions tous sérieusement ce que cela signifiait de gravir la plus haute montagne du Costa Rica (la deuxième plus haute d’Amérique centrale). A plus de 3 800 mètres d’altitude, cette randonnée de 14 kilomètres était sur le point de prendre le dessus sur nous. Nous avons parcouru l’humidité, la pluie et deux niveaux de nuages avant d’arriver à mi-chemin. Déjà fatigués, nous avons mangé de la bonne nourriture saine et fait le plein d’eau. La pluie s’est finalement calmée au fur et à mesure que nous avancions. Il a commencé à faire froid et le terrain a commencé à devenir aride comme un désert. Notre fatigue empirait de plus en plus et les pauses se faisaient plus fréquentes. Alors que le soleil commençait à se coucher, nous savions que nous devions nous rendre au camp de base, car Cerro Chirripo abrite les 6 chats du Costa Rica. Après 9 heures de marche, nous avons enfilé des vêtements chauds (il a commencé à neiger à ce moment-là) et sommes allés dormir au camp de base. Tôt le lendemain matin, nous nous sommes levés pour voir le lever du soleil pendant le petit-déjeuner, puis avons pris un pic au sommet, avant de reprendre notre randonnée. 4 heures plus tard, nos jambes tremblaient mais nous avons sauté dans la voiture et avons continué.

Alors que nous traversions principalement des terres agricoles et des routes fermées, nous avons fait une pause à Domincal pour déguster des fruits de mer dans un restaurant au bord de l’océan. Le soleil se coucha alors que nous regardions la marée se retirer. De retour dans la voiture, nous sommes allés à Manuel Antonio. Une fois de plus, en arrivant dans la nuit, nous avons atteint notre auberge. Cette auberge était un taudis. C’était dans le garage de quelqu’un et il y avait des chiens errants qui erraient. Nous avons continué jusqu’à ce que nous trouvions un super endroit sur la rue principale pour quelques dollars de plus. Le lendemain matin, notre aventure a commencé. Nous sommes allés faire une randonnée au parc Manuel Antonio où nous avons passé du temps avec des singes et sommes allés nous baigner dans l’océan. Les vagues étaient irréelles. Nous avons visité la ville puis sommes allés dans un pub. C’était assez intéressant de passer du temps avec les Ticos, mais néanmoins, c’était amusant. Quelques-uns des gars ont été trompés dans de faux cigares, mais nous nous en sommes remis rapidement et avons apprécié la soirée. Le matin, nous avons rencontré un guide touristique nommé Alex qui nous a emmenés dans les mangroves. Interagir avec les singes et les «lézards de Jésus-Christ» était quelque chose qui n’arrive pas au Canada, nous avons donc apprécié chaque minute. Nous avons vu des oiseaux sympas et d’autres animaux. Mais la partie cool était les petites têtes de caïman que nous avons commencé à voir apparaître autour de notre bateau. Radeaux de plafond du retour, nous nous sommes arrêtés pour des fruits frais du Costa Rica avant de retourner à notre auberge. Nous nous sommes habillés et sommes encore sortis en ville. Un dîner dans un vieil avion suivi d’une danse dans un club local a terminé la soirée.